PRÉSENTATEURS

Conférences

Annmarie Adams | Université McGill

Dr. Annmarie Adams holds the Stevenson Chair in the Philosophy and History of Science, including Medicine, at McGill University. Jointly appointed in the School of Architecture and Department of Social Studies of Medicine (SSoM), where she also serves as department chair, she is the author of Architecture in the Family Way: Doctors, Houses, and Women, 1870-1900 (McGill-Queens University Press, 1996) and Medicine by Design: The Architect and the Modern Hospital, 1893-1943 (University of Minnesota Press, 2008), and co-author of Designing Women: Gender and the Architectural Profession (University of Toronto Press, 2000).

Harold Bérubé | Université de Sherbrooke

Harold Bérubé est professeur agrégé au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Il a une formation en histoire et en études urbaines et s’intéresse à l’histoire politique et culturelle des villes et de leurs habitants. Il est membre du réseau VRM, du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal et du Centre de recherche interdisciplinaire en études montréalaises. Ses recherches actuelles sont consacrées à la façon dont est pensée et gouvernée la ville au Québec au 20e siècle.

Joanne Burgess | Université du Québec à Montréal

Joanne Burgess est professeure au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle dirige le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal et le Partenariat de recherche Montréal, plaque tournante des échanges : histoire, patrimoine, devenir; elle est aussi la directrice de l’Institut du patrimoine de l’UQAM. Ses activités de recherche et ses publications traitent de l’histoire de l’industrialisation et du travail, de même que de l’évolution de la société et de l’espace urbains aux XIXe et XXe siècles. Ses projets récents s’intéressent à l’histoire de la consommation, à l’évolution des pratiques et des espaces commerciaux dans la ville (1850-1880), à la vocation portuaire et maritime de Montréal et à son rôle comme plaque tournante des échanges économiques au XIXe siècle, ainsi qu’à la géographie et aux modalités de l’approvisionnement alimentaire du Montréal préindustriel.

Jonathan Cha | Consultant

Jonathan Cha est docteur en aménagement de l’espace et urbanisme, urbanologue et architecte paysagiste membre agréé et vice-président de l’Association des architectes paysagistes du Québec (AAPQ). Il est impliqué tant dans l’enseignement, la recherche que dans la pratique et participe à l’avancement de la réflexion sur le projet urbain et la ville. Il se spécialise dans le territoire montréalais et dans l’analyse des formes et des sens des espaces publics. À ce titre, il est consultant en patrimoine notamment pour la Ville de Montréal et pour des firmes d’aménagement pour lesquelles il rédige des études patrimoniales, paysagères et urbaines, des caractérisations identitaires, des orientations d’aménagement et des cahiers de critères de design. Son expertise sur Montréal, le patrimoine urbain, le projet urbain et l’espace public a mené à sa nomination comme membre du Comité consultatif d’urbanisme de l’arrondissement du Sud-Ouest de la Ville de Montréal, membre du Conseil d’experts du Conseil local du patrimoine de Westmount et membre des Conseils d’administration de la Fondation du Horse Palace et des Amis du boulevard Saint-Laurent. Il a récemment été sélectionné pour faire partie de la banque d’experts du Comité Jacques-Viger.

Claudine Charbonneau | Musée McCord-Stewart

Claudine Charbonneau est titulaire d’une maîtrise en muséologie et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en gestion des organismes culturels de HEC Montréal. Issue du milieu cinématographique et télévisuel, elle travaille depuis plus de 25 ans en tant que chargée de projets. Ces dernières années, ses mandats l’ont amenée à gérer des projets muséaux comme la réactualisation de l’exposition permanente de la Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue de Longueuil et la gestion de l’exposition itinérante La ville suspendue, pour le Musée McCord. Forte d’une expérience riche et polyvalente, elle a développé une solide expertise en organisation et direction d’évènements publics et corporatifs.

Pierre Dénommé | Sentier urbain

Originaire du Témiscamingue, Pierre Dénommé a œuvré pendant plusieurs années dans le domaine de la restauration avant de se dédier, au début des années 1990, à sa passion pour la nature et l’humain, en s’impliquant dans des projets de verdissement citoyens dans son quartier montréalais, le Centre-Sud. De fil en aiguille, notamment grâce à des formations reçues au Jardin botanique de Montréal où il acquiert des connaissances dans les domaines de l’horticulture, de la renaturalisation en milieu urbain et de l’ornithologie, M. Dénommé fonde l’organisme Sentier Urbain en 1993.

Yves Desjardins | Mémoire du Mile End

Yves Desjardins est administrateur de Mémoire du Mile End, la Société d’histoire locale de ce quartier créée en 2003. Il est l’auteur de l’Histoire du Mile End, publiée par les éditions du Septentrion. Il est également l’un des coauteurs du Dictionnaire historique du Plateau Mont-Royal, qui paraîtra en août 2017 aux éditions Écosociété.

Erin Despard | Université de Sherbrooke

Erin Despard holds a PhD in communication studies from Concordia University and is currently Professeure associée in the Département d’histoire at l’Université de Sherbrooke. Her research on gardens and landscape has been published in Landscape Research, Space and Culture, Environment and Planning D: Space and Society and other academic journals. She is currently working on a manuscript entitled Montréal, la ville fleurie: An archaeology of urban landscape and horticultural media.

Sylvie Durand | Musée McCord-Stewart

Détentrice d’une maîtrise en muséologie, j’ai enseigné au programme de muséologie le cours MSL6104 Exposition, interprétation et diffusion en 2009 ; j’ai aussi été responsable des stages de la maîtrise en muséologie à l’UQAM pendant deux ans. Ma formation interdisciplinaire, une technique en Art vestimentaire, un baccalauréat en Administration des affaires, une maîtrise en Muséologie et une scolarité doctorale en Muséologie, médiation et patrimoine me permettent de conjuguer création, gestion d’équipes et de budgets. Je suis également formatrice à la Société des musées québécois où je donne le séminaire Gestion de projets d’exposition. J’ai conçu et organisé nombre d’expositions, d’activités culturelles et de productions multimédias pour des musées d’histoire de Montréal et du Québec depuis plusieurs années. De la maison de la culture Frontenac au Musée McCord, en passant par Pointe-à-Callière et plusieurs autres institutions à titre de consultante, mon engagement envers la muséologie d’histoire est reconnu. Mon objectif est de faire le pont entre l’histoire et la société contemporaine.

Carmen Guérard | Société pour la promotion de la danse traditionnelle québécoise

Très investie dans le milieu de la musique traditionnelle québécoise, Carmen Guérard travaille depuis plusieurs années pour la Société pour la promotion de la danse traditionnelle (SPDTQ-Espacetrad) à l’organisation des activités de promotion du patrimoine vivant et aux communications. Musicienne passionnée par le petit accordéon typiquement québécois, elle joue régulièrement pour des soirées de danses, accompagne la chanteuse Monique Jutras et enseigne l’accordéon à l’École des arts de la veillée. À plusieurs occasions, elle a représenté le Québec lors d’échanges musicaux, stages et ateliers aux États-Unis et aussi en Europe contribuant ainsi à la réputation de la musique québécoise.

Mehdi Ghafouri | Collège Vanier

Mehdi Ghafouri est membre du LHPM. Il enseigne au département de Humanities au Collège Vanier où il est professeur depuis 1985. Il a aussi travaillé comme enseignant à l’Université Concordia, à l’UQAM et dans plusieurs universités à l’étranger, comme l’Université Masaryk en République Cheque et l’Université de Sao Paulo au Brézil. Il est conseil expert en conservation et évaluation du patrimoine et il est membre de l’Ordre des architectes du Québec depuis 1987. De 1993 à 2008, il a été commissaire du Conseil du patrimoine culturel du Québec et il a été nommé vice-président du Conseil du Patrimoine de Montréal en 2003. Ses champs de recherche incluent l’histoire et le patrimoine urbain, l’évaluation, la désignation, la reconnaissance, la conservation, la mise en valeur et l’appropriation du patrimoine et des paysages culturels ainsi que le développement participatif et communautaire. Il a publié plusieurs articles dans ces domaines. En tant que chercheur associé au Centre for Developing Area Studies (CDAS) à l’Université McGill, de 2003 à 2010, il s’est intéressé au développement du patrimoine comme axe de développement culturel. Mehdi Ghafouri a collaboré avec plusieurs organismes communautaires et professionnels. Il est un des membres fondateurs du Centre Écologie de Montréal, coprésident du Comité Aménagement et Concertation des Amis de la Montagne et membre de CCU de la Ville de Westmount.

Pierre Huet | Cofondateur de Beau Dommage

Né à Montréal en 1949, Pierre Huet a fait des études classiques et obtenu un diplôme universitaire en histoire de l’art avant de bifurquer vers la chanson. Auteur de nombreux textes pour Beau Dommage, Offenbach et Paul Piché, il a été rédacteur en chef du magazine humoristique CROC. Il continue d’écrire pour la scène et la télévision. Il est aussi l’auteur du livre En 67 tout était beau − Chansons et souvenirs publié aux éditions Québec Amérique

Charlotte Kelly | Chercheure autonome

Depuis toujours passionnée par l’histoire et le patrimoine, Charlotte Kelly a fait ses premières armes au Musée Stewart à titre de bénévole, puis à la Commission des champs de bataille nationaux et à la Maison Saint-Gabriel comme guide-animatrice. Elle a également travaillé avec le Conseil de la culture des régions de Québec et Chaudière-Appalaches pour l’organisation de plusieurs événements en patrimoine. Après des études de baccalauréat et de maîtrise en Ethnologie et patrimoine à l’Université Laval, Charlotte est maintenant en train de compléter une formation en gestion des organismes culturels à HEC Montréal. Elle travaille maintenant à la gestion administrative de l’Ensemble folklorique Les Pieds Légers de Laval et occupe la coprésidence de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville.

Martin Landry | Montréal en histoires

Enseignant d’histoire, scénarisateur pour Montréal en Histoires, créateur de plusieurs programmes pédagogiques et conseiller historique le les célébrations du 375e anniversaire de la fondation de Montréal. Diplômé en histoire de l’Université de Montréal et en pédagogie de l’Université du Québec à Hull, Martin Landry enseigne l’histoire depuis plus de 20 ans. À titre de spécialiste de la vulgarisation historique, il a collaboré à la rédaction de plusieurs ouvrages pédagogiques historiques. Il est le créateur de nombreuses expositions virtuelles, jeux-questionnaires, réalités augmentées, réalités virtuelles et collabore régulièrement avec la Presse+, Le Devoir, Radio-Canada et MAtv. Pédagogue, Martin fait régulièrement des conférences sur l’histoire de Montréal et du Québec.

Gilles Lauzon | Chercheur autonome

Gilles Lauzon, détenteur d’un baccalauréat en architecture et d’une maîtrise en histoire, travaille depuis de nombreuses années dans le domaine du patrimoine culturel. De 1997 à 2007 il a coordonné pour la Ville de Montréal un programme de recherche sur le Vieux-Montréal; il a dans ce contexte contribué à la création d’un site Web, d’un inventaire patrimonial exhaustif et d’un ouvrage sur l’histoire du quartier à travers son patrimoine. Chercheur indépendant depuis 2007, il a réalisé des études touchant de nombreux édifices et divers sites de l’île de Montréal. Intéressé depuis longtemps par les quartiers ouvriers anciens de Montréal, il a publié en 2014 chez Septentrion l’ouvrage Pointe-Saint-Charles : l’urbanisation d’un quartier ouvrier de Montréal, 1840-1930, qui fait le pont entre histoire sociale et patrimoine urbain.

Paul-André Linteau | Université du Québec à Montréal

Spécialiste de l’histoire canadienne et québécoise pour la période postérieure à la Confédération (1867 à nos jours), Paul-André Linteau s’est orienté vers l’histoire économique et sociale et vers l’histoire urbaine. Dans la foulée de sa thèse de doctorat, il a concentré ses recherches sur l’étude de la ville, en particulier de Montréal. Son attention s’est aussi dirigée vers l’histoire générale du Québec et du Canada à propos de laquelle il a publié des œuvres de synthèse et des textes historiographiques. Il a appuyé la publication d’un grand nombre de travaux historiques en participant à la direction de revues scientifiques et de collections aux Éditions du Boréal. Il a été conseiller historique auprès de musées et de divers médias. Il a en outre participé activement au mouvement international des études canadiennes. Ses travaux lui ont mérité plusieurs prix. Les intérêts de recherche de Paul-André Linteau s’inscrivent autour de deux axes principaux. Le premier est la ville, et plus particulièrement Montréal. Il cherche à expliquer le phénomène de l’urbanisation, les conditions qui permettent le développement de la ville, l’organisation de l’espace urbain, les caractéristiques sociales et culturelles des populations qui l’habitent et les rapports de pouvoir dont la ville est le théâtre. Cela l’a amené à s’intéresser à l’immigration et à la diversité ethnique, si importantes à Montréal. Cela a aussi débouché sur des comparaisons internationales, notamment avec Barcelone et Bruxelles. Le second axe est le Québec à l’époque contemporaine. Paul-André Linteau cherche à dégager la richesse et la complexité de son histoire en mettant en oeuvre, dans une perspective de synthèse, l’ensemble des facteurs qui l’ont façonnée. Cette démarche a abouti à la publication de Histoire du Québec contemporain et de nombreux autres travaux.

Étienne Martel | Diplômé de l’Université du Québec à Montréal

Étienne Martel détient une maîtrise en histoire appliquée de l’UQAM. Son rapport de recherche s’intitule Une vie de débardeur : troubles et changements au port de Montréal, 1960-1975. Il possède également une formation en pédagogie de l’UQAM ainsi qu’en politique, en communication et en journalisme de l’Université de Montréal. Véritable touche-à-tout, il se passionne notamment pour l’histoire de Montréal et de ses quartiers. C’est donc avec fierté et enthousiasme qu’il désire partager aujourd’hui son amour de sa ville d’adoption.

Alice Miquet | Mémoire du Mile End

Alice Miquet est administratrice de Mémoire du Mile End et est impliquée dans la coordination du projet Viaduc 375 depuis les débuts. Diplômée d’une maîtrise en urbanisme à l’Université de Montréal faisant suite à des études en histoire et en géographie, Alice s’intéresse surtout à l’aspect humain et social des quartiers. Quand elle n’est pas occupée à donner des visites guidées sur l’histoire du Mile End, elle travaille dans le milieu communautaire et en participation publique.

Julia Poyet | Université du Québec à Montréal

Julia Poyet est professeure en didactique au département d’histoire de l’UQAM. Ses intérêts de recherche portent sur l’apprentissage et l’enseignement des sciences humaines du préscolaire à l’université. En effet, si ses études doctorales lui ont permis de développer une expertise en didactique de l’univers social au premier cycle du primaire, son parcours professionnel et son engagement actuel dans le développement de programmes universitaires lui ont permis de compléter sa connaissance du champ de la didactique en histoire au secondaire et au post-secondaire. L’enseignement-apprentissage des concepts, le développement de l’identité sociale, l’appropriation des techniques en sciences humaines, l’utilisation de l’audiovisuel et des TIC en classe, les pratiques enseignantes (et professorales) et l’enseignement par projet, sont autant de thématiques dans lesquelles s’inscrivent ses travaux.

Mario Robert | Archives de la Ville de Montréal

Détenteur d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal, d’une maîtrise en bibliothéconomie de l’Université de Montréal et d’un DESS en gestion des organismes culturels de HEC Montréal, Mario Robert est le chef de la Section des archives à la Ville de Montréal. De 1985 à 1991, il a été bibliothécaire-archiviste à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) avant de se joindre à la Ville en tant qu’analyste en gestion des documents et des archives. Chargé de cours à l’Université de Montréal de 2004 à 2008, il a enseigné la description et la diffusion des archives à la maîtrise en sciences de l’information. Auteur de plusieurs articles, conférencier, blogueur et chroniqueur en archivistique et en histoire, il a codirigé l’ouvrage La gestion des archives photographiques publié aux Presses de l’Université du Québec en 2001. Il est aussi coauteur des livres Vivre Montréal 1920-1969 (2011), Quand les archives racontent Montréal : 100 pièces d’exception (2013) et Quartiers disparus (2014).

Léon Robichaud | Université de Sherbrooke

Léon Robichaud est professeur à l’Université de Sherbrooke et est spécialiste de l’histoire sociale du politique. Il s’intéresse particulièrement au milieu montréalais avant 1800 : période qui lui permet d’associer son intérêt pour les rapports socio-politiques à l’étude de l’espace et de la population. Ses recherches actuelles portent sur l’évolution des institutions de la justice à Montréal et aux Trois-Rivières aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal où il coordonne les projets liés à l’histoire et au numérique. Il a développé une expertise dans les divers aspects de l’informatique appliquée à l’histoire : conception de bases de données, programmation, développement Web, modélisation 3D, visualisation de données et développement d’applications pédagogiques.

Marie-Dina Salvione | Université du Québec à Montréal

Marie-Dina Salvione est docteure de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) depuis 2013. Sa thèse s’intéresse à la conservation des stratégies d’éclairage naturel dans les églises issues du renouveau liturgique au vingtième siècle. Designer de formation, son expertise académique, tant québécoise que suisse, porte sur l’architecture novatrice du XXe siècle, avec un intérêt marqué pour les églises modernes. Ses collaborations professionnelles et ses publications abordent la connaissance et la mise en valeur du patrimoine bâti, ainsi que les processus de participation citoyenne pour assurer sa sauvegarde. Chargée de cours au DESS en architecture moderne et patrimoine à l’École de design de l’UQAM, elle est enfin très impliquée dans le milieu. Elle est notamment membre du Comité patrimoine et aménagement (COPA) d’Héritage Montréal et membre associée de l’Institut du patrimoine de l’UQAM.

Katy Tari | Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal

Muséologue depuis près de 25 ans, Katy Tari est actuellement directrice Collections – Programmes et services au public à Pointe-à-Callière. Auparavant, elle a occupé diverses fonctions dont celui de directrice des collections et des relations avec les musées québécois au Musée de la civilisation à Québec. Elle a également agi à titre de muséologue en chef pour le Musée canadien de l’histoire en 2013-2014 dans le renouvellement de l’exposition permanente inaugurée en 2017, ainsi qu’à Parcs Canada dans la mise en valeur du canal de Lachine à Montréal. À titre de présidente-fondatrice d’Orange Kiwi, Katy Tari a effectué de nombreux mandats d’expositions, de recherche et de projets numériques. Très impliquée dans le milieu muséal québécois, madame Tari siège actuellement au conseil d’administration de l’AMC ainsi qu’à celui du Musée maritime du Québec. Elle a été présidente de la SMQ et a siégé au Conseil d’administration d’ICOM-Canada pendant plusieurs années.

Mathieu Trépanier | Musée McCord-Stewart

Titulaire d’une maîtrise en histoire appliquée de l’Université du Québec à Montréal, Mathieu Trépanier est spécialisé dans l’histoire et le patrimoine de Montréal. Il a fait ses premières armes en tant que stagiaire à la Division du patrimoine de la Ville de Montréal puis comme adjoint de recherche au sein du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal. Passionné des 19e et 20e siècles montréalais, il agit depuis plusieurs années à titre de recherchiste pour le milieu muséal et comme consultant en patrimoine urbain. À ce titre, il a collaboré étroitement à la réalisation de plusieurs études patrimoniales d’importance, notamment celles du parc Jeanne-Mance et du Montreal Children’s Hospital. Depuis avril 2017, il œuvre à titre de coordonnateur de l’exposition La ville suspendue au Musée McCord.

Pierre Vachon | Opéra de Montréal

D’abord traducteur, Pierre Vachon se fait connaître comme animateur à la Chaîne culturelle de la radio de Radio-Canada pendant près de 15 ans; on peut d’ailleurs l’entendre occasionnellement comme invité de diverses émissions. Docteur en musicologie (Université de Montréal), il se spécialise dans le romantisme musical et l’opéra. À titre de musicologue, il donne régulièrement des conférences sur la musique, signe divers articles sur la musique, a été chargé de cours à l’Université de Sherbrooke et collaborateur au Dictionnaire biographique du Canada. Il est l’auteur d’une biographie de la cantatrice canadienne Emma Albani. Depuis 2006, il est également directeur Communication, communauté et éducation à l’Opéra de Montréal.

Démonstrations de produits numériques

Laura Barreto Palacio | Université du Québec à Montréal

Diplômée du programme d’études supérieures spécialisées en systèmes d’information géographique (SIG) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en 2017 et du baccalauréat en géologie de l’Université McGill en 2012 , Laura s’est jointe à l’équipe du Laboratoire d’histoire et patrimoine de Montréal en tant que stagiaire en SIG dans le cadre du Partenariat de recherche Montréal, plaque tournante des échanges : histoire, patrimoine, devenir au printemps 2016. Intégrée à l’équipe à titre d’agente de recherche en 2017, elle participe à l’implantation d’une infrastructure de données historiques géospatialisées et travaille sur le volet cartographique de plusieurs projets tels que Nourrir le quartier, nourrir la ville, Le Golden Square Mile, espace urbain en mutation (1945-1980) ou encore Montréal-Capitale et le parlement.

Mélissa Benjamin | Université du Québec à Montréal

Mélissa Benjamin est détentrice d’un baccalauréat ès arts qu’elle obtient avec une mineure en études classiques et une majeure en histoire. À l’automne 2013, elle a entamé une maîtrise en histoire à l’UQAM. Elle se concentre sur l’histoire de la gladiature et des nombreux clichés qui l’entourent dans les films populaires. Elle souhaite créer un outil didactique pour les professeurs d’histoire au niveau collégial qui désirent utiliser les péplums (films dont l’action se déroule en antiquité) en classe. Mélissa travaille comme adjointe de recherche depuis 2014 au Laboratoire d’histoire et patrimoine de Montréal. Elle a participé au projet Ville-Marie 2014 avec la professeure Julia Poyet. Elle travaille en ce moment sur le projet Parcours riverain de la Ville de Montréal.

Justin Bur | Mémoire du Mile End

Justin Bur, étudiant au doctorat en études urbaines à l’UQAM, est diplômé en urbanisme de l’Université de Montréal. Depuis 2008, il siège au conseil d’administration de Mémoire du Mile End. Ses recherches portent sur l’évolution spatiale, culturelle, fonctionnelle et architecturale du quartier Mile End; sur les liens entre le développement urbain et les transports en commun; et sur l’histoire ferroviaire de Montréal. Avec Mémoire du Mile End, il a souvent animé des visites à pied historiques du quartier et a donné plusieurs conférences sur l’histoire locale. En collaboration avec Yves Desjardins, Jean-Claude Robert, Bernard Vallée et Joshua Wolfe, il est coauteur du Dictionnaire historique du Plateau Mont-Royal (Écosociété, 2017).

Nathalie Charbonneau | Université du Québec à Montréal

Nathalie Charbonneau est spécialisée dans le domaine de la modélisation appliquée au patrimoine bâti. Elle s’intéresse à la programmation 3D, à la modélisation 4D et à l’élaboration d’environnements numériques interactifs aptes à être utilisés à des fins de diffusion, de recherche ou de documentation. À partir de 2002, elle a travaillé sur divers projets de recherche relatifs au patrimoine bâti et archéologique, au sein du Groupe de Recherche en Conception Assistée par Ordinateur de l’Université de Montréal. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2008 à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, avait pour titre « La diffusion du patrimoine architectural par le biais d’environnements numériques : une exploration du potentiel de la modélisation de systèmes typologiques ». Ses recherches portent sur le développement d’algorithmes aptes à décrire et formaliser l’évolution de la volumétrie de sites patrimoniaux d’envergure. Elle a à son actif une vingtaine de publications, dont une monographie.

Guillaume Fortin | Université du Québec à Montréal

Guillaume Fortin est détenteur d’un baccalauréat en histoire et a entamé à l’automne 2014 une maitrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de son projet de mémoire intitulé L’univers des jardiniers professionnels de Montréal au XVIIIe siècle, Guillaume s’intéresse au groupe socioprofessionnel qui se constitue progressivement à Montréal à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et qui pratique l’horticulture vivrière à des fins commerciales. Il s’intéresse entre autre au parcours professionnel et à la reproduction sociale de ce groupe d’individus appartenant à la fois au monde rural et au monde urbain. Travaillant comme adjoint de recherche au Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal depuis le printemps 2014, il a eu la chance de contribuer à plusieurs projets de recherche, dont l’exposition Alphonse Raymond : fait pour plaire présentée à l’Écomusée du fier monde en 2015 et 2016 et l’exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville, présentement à l’affiche au même endroit.

Maude Labonté | Service national du RÉCIT de l’univers social

Maude Labonté est collaboratrice au RÉCIT de l’univers social. Dans son mandat, elle intervient auprès des écoles primaires et secondaires sur la question de l’intégration des technologies et histoire et en géographie. Elle est enseignante de formation et candidate à la maîtrise en histoire.

Josée Lefebvre | Centre d’histoire de Montréal

Josée Lefebvre travaille au Centre d’histoire de Montréal depuis 1997, après avoir complété une maîtrise en histoire et un certificat en enseignement secondaire à l’Université de Montréal. Depuis 2012, elle occupe le poste d’agente de programmes éducatifs. Elle a développé plusieurs activités éducatives au cours des années et a coordonné différents projets, dont le site Internet Mémoires des Montréalais et son grand dossier Mémoires d’immigrations. Elle détient aussi une attestation d’études collégiales en infographie du cégep Ahuntsic.

Isabelle Lessard | Musée de Lachine

Diplômée en histoire et en éducation à l’UQAM, Isabelle Lessard œuvre depuis 15 ans dans le milieu muséal et municipal. Elle travaille actuellement à titre de responsable du service éducatif au Musée de Lachine, un équipement culturel de la Ville de Montréal. Elle a également été membre pendant près de 10 ans du conseil d’administration d’Archéo-Québec. Son parcours professionnel est marqué par un désir profond d’accompagner les publics dans leur découverte du patrimoine québécois et leur participation à la vie culturelle.

Valérie Mahaut | Université de Montréal

Valérie  Mahaut est ingénieure architecte et docteure en Sciences de l’ingénieur, professeure adjointe à l’École d’architecture de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la gestion soutenable des eaux de ruissellement en milieu urbain existant, sur les interrelations entre formes urbaines et gestion de l’eau, ainsi que sur l’évaluation de l’impact du changement climatique sur l’hydrologie en milieu urbain.
http://architecture.umontreal.ca/architecture/professeurs/
fiche/utilisateur/valerie-mahaut-176/

Kim Petit | Université du Québec à Montréal

Depuis l’obtention de sa maîtrise en histoire avec cheminement de type recherche en informatique de l’Université de Sherbrooke (2008), Kim a coordonné divers projets informatiques dans différents domaines (recherche, éducation, promotion, vente, etc.). Elle a aussi été chargée de cours à l’Université de Sherbrooke et à l’UQAM. Elle s’intéresse à tout ce qui se rapporte à l’intégration des nouvelles technologies en histoire, autant pour la recherche et la formation que la diffusion. Depuis septembre 2013, Kim Petit assure la coordination des projets numériques au sein du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal. Elle a principalement travaillé à l’implantation de la plateforme SCHEMA (Système de Cartographie de l’HistoirE de MontréAl) ainsi qu’à l’élaboration de la Bibliographie sur l’histoire de Montréal et de la Chronologie de Montréal.

Steve Quirion | Service national du RÉCIT de l’univers social

Steve Quirion est conseiller pédagogique et responsable du Service national du RÉCIT de l’univers social.  Dans son mandat, il intervient auprès des écoles primaires et secondaires sur la question de l’intégration des technologies en histoire et géographie. Il est enseignant de formation et détenteur d’un DESS en communautés virtuelles et d’une maîtrise en histoire.

Amélie Renouf | Héritage Montréal

Amélie Renouf détient un baccalauréat en histoire de l’art et une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. Depuis 2007, elle travaille pour la Fondation Héritage Montréal. D’abord à titre de coordonnatrice des activités puis de chef des programmes et activités, elle est responsable de la conception et la mise en œuvre de l’ensemble des activités et programmes publics de la Fondation. Dans le cadre de son mandat, elle a collaboré à l’organisation de visites guidées, conférences et colloques.

Cassandra Smith | Université du Québec à Montréal

Cassandra Smith a obtenu son diplôme de baccalauréat en histoire avec concentration en études féministes à l’été 2017. Elle vient tout juste d’entreprendre des études de 2e cycle dans les mêmes disciplines. Dans le cadre de son mémoire, dirigé par Magda Fahrni, elle souhaite étudier le réseautage et les paradigmes de pratiques des sages-femmes du Québec pour les années 1970-2005. Elle s’intéresse d’une part, à la manière dont les réseaux de sages-femmes se constituent, se déploient et évoluent dans l’espace ainsi que dans le temps, et d’autre part, à la façon dont ces derniers influencent les paradigmes de pratique de ces professionnelles. En tant qu’adjointe de recherche pour le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM), Cassandra est responsable, depuis le printemps 2016, de la mise à jour de la Bibliographie sur l’histoire de Montréal développée par le Laboratoire.

Monique Tairraz | Monique Tairraz & Cie

Conseillère et chargée de projets en communications, principalement dans le milieu muséal, Monique Tairraz a compté parmi ses clients au cours de sa carrière plusieurs musées de la région montréalaise, le Réseau Archéo-Québec, la Société des musées du Québec, le Regroupement des Musées d’histoire de Montréal et la Maison Saint-Gabriel. Elle a modelé et géré les contenus de l’application Montréal Toute une histoire… au fil du fleuve, en collaboration avec les musées, les arrondissements participants et la firme Idéeclic qui a créé la plateforme de cette application.

Claudie Vanasse | Service national du RÉCIT de l’univers social

Claudie Vanasse est collaboratrice au Service national du RÉCIT de l’univers social. Dans le cadre de son mandat, elle intervient auprès des écoles primaires et secondaires sur la question de l’intégration des technologies en histoire et en géographie. Elle est historienne de formation, détentrice d’un doctorat en histoire et d’un diplôme de deuxième cycle en pédagogie. Elle est également chargée de cours en didactique des sciences humaines au primaire.

Mélinda Wolstenholme | Héritage Montréal

Mélinda Wolstenholme détient un certificat en communication, un baccalauréat en histoire de l’art et une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. Depuis 2014, elle travaille pour la Fondation Héritage Montréal à titre de coordonnatrice stratégie média et projets numériques. Elle est responsable des communications, de la promotion et des relations avec les médias. Dans le cadre de son mandat, elle a apporté un soutien aux efforts de visibilité et de rayonnement de l’organisation et de ses différents programmes, en plus de contribuer au développement de ses réseaux sociaux.